Jésus, Christ Roi de l'Univers, nous appelle à Le suivre en ce monde - 22 novembre, 2020 - MRP - Paroisse JLM


 Homélie sur fichier MP3         Et sur fichier PDF    

Solennité – Jésus, le Christ, Roi de l’Univers

https://homeliesabbegilles.blogspot.com

Eh bien, chers frères et sœurs, nous voici déjà en la solennité de Jésus le Christ, Roi de l’univers. Samedi prochain sera le dernier jour de notre année liturgique en Église, et samedi soir sera la veille du premier dimanche de l’Avent qui lancera une nouvelle année en Église.

Durant tout le mois de novembre nous prions pour tous les défunts; afin que leur âme soit purifiée et admise au bonheur éternel en présence de Dieu au paradis. Novembre nous donne à réfléchir à notre propre mort un jour quand viendra la fin de notre bref séjour sur la Terre des familles humaines. Aujourd’hui, le Jour du Seigneur, la Parole de Dieu nous parle aussi de la fin des temps quand Jésus, notre Bon Berger, exercera aussi la charge de juger les nations.

Nous ne serons pas jugés sur ce que nous avons pensé, mais sur le bien que nous avons fait et sur le bien que nous n’avons pas fait. En plus, Jésus mettra sa main forte sur ceux qui auront maltraité les autres avec agression ou intimidation – ce sont les béliers et les boucs.

D’abord, Jésus se comporte envers nous tous comme le Bon Berger. Jésus, en personne ou en nous envoyant quelqu’un, pais son troupeau et nous fait reposer. Jésus cherche et trouve la brebis perdue; Jésus ramène l’égarée, Il panse la blessée, Il rend des forces à la malade, et Il garde la grasse et vigoureuse et la fait paître selon le droit. Il juge aussi entre brebis et brebis, entre les béliers et les boucs.

Nous savons qu’à son Baptême par Jean le Baptiste, Jésus et les témoins autour de Lui ont entendu du ciel la Voix du Père qui a dit à Jésus : « Tu es mon Fils bien-aimé, il m’a plu de te choisir. » Aussitôt l’Esprit Saint descendit sur Jésus sous la forme d’une colombe et l’Esprit Saint poussa Jésus au désert où Il fut tenté pendant quarante jours.

Comme Jésus, nous tous nous avons été baptisés et confirmés dans l’Esprit Saint. Au jour le jour nous vivons notre Baptême en prenant conscience que, comme Jésus, nous sommes aussi les filles bien-aimées et les fils bien-aimés du Père. En même temps, nous sommes aussi remplis du Saint-Esprit qui nous accompagne dans la vie, nous encourage et nous fortifie dans nos tentations et nous pousse à accomplir avec charité fraternelle les œuvres de miséricorde auprès de nos proches, de nos voisins, des étrangers, et même auprès de nos ennemis.

La grâce quotidienne de notre Baptême nous rappelle que nous sommes les filles bien-aimées et les fils bien-aimés du Père. Notre élection par le Père et le don de l’amour du Père nous fortifient à vivre aussi de la grâce de notre Confirmation en acceptant de remplir notre mission de filles et de fils du Père à l’image de Jésus Lui-même qui nous donne sa vie.

Dimanche dernier nous avons vu que les serviteurs qui ont fait profiter les biens que leur seigneur leur avait confiés sont ceux qui lui ont fait confiance et ont fait des efforts pour faire avancer les affaires de leur maître. Le serviteur qui s’est montré bon à rien est celui qui n’a pas fait confiance à son maître mais au contraire a décidé d’avoir crainte de lui.

Il en va de même pour nous. Si nous craignons Dieu ce sera difficile sinon impossible pour nous de Lui plaire en faisant sa volonté. Si nous voulons faire avancer les affaires du Bon Dieu en ce monde, d’abord, nous devons Lui faire confiance et, ensuite, nous mettre au travail pour faire avancer les affaires du Royaume de Dieu, les affaires de Jésus notre Roi. Et quelles sont au juste les affaires du Royaume de Dieu, les affaires de Jésus notre Roi?

Il s’agit du bien de notre voisin. Quand je mets de côté ma propre fatigue pour donner du repos à l’autre qui est aussi fatigué; alors je le fait pour Jésus. Quand je mets de côté mes préoccupations pour chercher et trouver quelqu’un qui est perdue; alors je le fait pour Jésus. Quand je me donne de la peine pour ramener en santé ou à la famille ou dans le droit chemin une personne égarée; alors je le fait pour Jésus.

Quand je prends le temps pour panser les blessures d’un autre; alors je le fait pour Jésus. Quand je fais un effort pour visiter et consoler un malade; alors je le fait pour Jésus. Quand je prends bien soin des membres de ma famille pour les garder en santé et sain et sauf; alors je le fait pour Jésus. Quand je me dépense jour après jour pour travailler à l’extérieur ou chez moi pour faire vivre ou m’occuper de ma famille; alors je le fait pour Jésus. Quand je pardonne encore une fois aux personnes qui me font du mal; alors je le fait pour Jésus.

Alors, vous voyez que déjà – et souvent sans le réaliser – nous marchons avec Jésus et nous vivons et nous comportons comme les filles bien-aimées et les fils bien-aimés du Père. Il est très important pour nous de prendre davantage conscience du bien que nous faisons pour les autres, et aussi de prendre conscience des occasions de le faire que nous avons ratées. Surtout, cessons de porter tout le poids du monde sur nos propres épaules – de toute façons c’est impossible pour nous de le faire – d’autant plus que nous avons un Roi puissant et efficace : Christ Roi.

C’est pour notre bonheur et pour le salut et la vie du monde que Jésus nous appelle à vivre comme les filles bien-aimées et les fils bien-aimés du Père; marchons avec confiance en Jésus Christ Roi de l’Univers, et prions ensembles tous les jours; afin que nous puissions à tout moment faire la volonté de Dieu : le Père, + le Fils, et le Saint Esprit. Amen.

Prenons quelques instants pour réfléchir à cette bonne nouvelle.

Vivons dans la lumière et non les ténèbres - faisons confiance au Bon Dieu - 33e Dimanche du Temps Ordinaire - Sainte Suzanne

 Homélie sur MP3          Et sur PDF   

Bonjour, chers frères et sœurs! Depuis que nous avons changé l’heure il fait plus clair le matin mais les ténèbres de la nuit tombent plus tôt en fin d’après-midi. Le Bon Dieu nous parle aussi de lumière et de ténèbres aujourd’hui, dimanche, le Jour du Seigneur.

Saint Paul nous transmet cette Parole de Dieu qui nous caractérise de filles et de fils de la lumière… nous sommes les enfants de Dieu et des enfants du jour et non de la nuit. Quelle est la différence entre le jour et la nuit? Cette femme parfaite dont parle le livre des Proverbes est un enfant de la lumière… elle n’a pas peur de travailler et elle s’occupe bien de son mari et de ses enfants. Ont pourrait bien se demander si son époux et ses enfants sont aussi des enfants de la lumière. Nous les hommes, respectons-nous les femmes dans nos vies, dans nos familles, et dans nos communautés? Sommes-nous dévoués et reconnaissants envers elles? Les enfants, sont-ils respectueux, obéissants, et reconnaissants envers leur maman et aussi envers leur papa?

Nous les prêtres et les évêques, donnons-nous toute leur place aux femmes dans nos églises et nos communautés de foi? Savons-nous les respecter, les écouter, et les remercier de leurs bons services et de leur dévouement à la lumière de Dieu?

Durant tout le mois de novembre à tous les ans c’est le moment de nous rappeler de tous nos défunts… durant leur vie, leur avons-nous donné tout le respect, toute la reconnaissance, tout le dévouement, et tout l’amour qu’ils méritaient? Quand ils nous auraient fait un tort ou autre, leur avons-nous montré sympathie, miséricorde, et pardon? Sinon, il n’est jamais trop tard pour leur exprimer – même au-delà de la mort – ces bons sentiments en offrant au Bon Dieu notre prière et notre pénitence à leurs intentions. Sont-ils au purgatoire? Nos prières leur seront un réconfort et un encouragement d’accueillir pleinement la miséricorde de Dieu.

Saint Paul caractérise d’enfants des ténèbres les gens qui mettent toutes leurs attentes sur le bon temps, le succès, et une vie paisible; tout en étant insouciant des troubles des autres. Les enfants de Dieu et de la lumière ne sont pas insouciants mais demeurent sensibles aux troubles des autres et se mettent à leur service. Tout comme le Bon Dieu d’ailleurs. Dimanche prochain Jésus se présentera comme Juge de la fin des temps. Il viendra séparer les gens qui sont bons de ceux qui sont mauvais en leur disant : « J’avais faim et soif, j’étais nu, malade, ou en prison, et vous vous êtes occupé de moi; ou bien, vous ne m’avez rien donné pour me soulager. »

Aujourd’hui Jésus raconte une parabole pour nous faire comprendre que nous ne devons pas avoir peur de Dieu notre Père, ni de son Fils Jésus, ni de l’Esprit Saint. Au contraire, le Bon Dieu nous demande de Lui faire confiance. Il est important pour nous de croire que le Bon Dieu nous aime tellement qu’Il se fait du souci pour nous et même qu’Il souffre avec nous.

Vous voyez, tout ce qui nous arrive, le Bon Dieu le ressent. Jésus est Fils de Dieu et rien ne peut Lui enlever quoi que ce soit. Cependant, en tant qu’homme – même s’Il est ressuscité – Jésus peut souffrir. De fait, Jésus souffre beaucoup parce qu’Il ressent nos souffrances comme si elles étaient les siennes. Tout le mal que nous faisons envers les autres, nous le faisons contre Jésus et la Très Sainte Trinité. Pareillement, tout le bien que nous faisons envers les autres, nous le faisons pour Jésus et la Très Sainte Trinité.

Ce matin j’ai apporté des reproductions de deux peintures religieuses : une de Jésus Roi que nous fêterons dimanche prochain, et l’autre, de Marie Mère de Dieu et Mère de l’Église, notre Mère. La peinture de Marie la qualifie de Patronne des enfants avortés. La peinture de Jésus le montre plein de blessures qu’il a reçues lors de sa passion. Dans les deux cas, ce sont nos blessures à nous que ces deux Cœurs Unis endurent avec nous et par amour pour nous. 


Dans la communion des saints, nous sommes tous unifiés en Jésus. Il est la Tête du Corps que nous formons tous ensemble dans l’Esprit Saint, et nous tous, nous sommes son Corps tous unis à Lui dans l’Esprit Saint. Il est donc impossible pour nous de demeurer indifférents envers qui que ce soit, où que ce soit dans le monde entier.

Pour illustrer ce mystère de l’amour de Dieu qui choisit d’habiter parmi nous et en nous, regardons pour un instant l’avortement. Lorsqu’un enfant est avorté, cet enfant est privé de la vie en ce monde, et c’est une grave injustice, une très grande violence. Mais l’enfant n’est pas la seule victime. L’homme et la femme qui ont conçu cet enfant sont terriblement blessés dans leur humanité par leur participation à l’acte qui arrache la vie de cet enfant. Encore plus, les médecins et autres personnes qui coopèrent à mettre fin à la vie de cet enfant sont terriblement blessés eux aussi dans leur humanité. Personne ne peut demeurer indifférent.

Face à tout le mal que nous pouvons faire et face à tout le bien que nous pourrions faire mais que nous ne faisons pas, le Bon Dieu ne fait pas une grande colère… non, le Bon Dieu pleure avec ceux et celles qui pleurent. Pour sa part, l’Esprit Saint cherche à remplacer notre cœur de pierre par un cœur de chair qui demeure sensible et tendre envers les autres. Regardez ces deux peintures… vous ne verrez pas de colère, mais seulement la pitié et l’amour.

C’est pour notre bonheur que le Bon Dieu nous appelle à vivre comme les enfants du Père; alors prions ensembles tous les jours; afin que nous puissions à tout moment conserver un cœur sensible et compatissant envers les autres, comme Jésus a fait pour nous en faisant la volonté de son Père pour le salut et la vie du monde; pour nous démontrer que nous sommes tous et toutes aimés par Dieu : le Père, + le Fils, et le Saint Esprit. Amen.

Prenons quelques instants pour réfléchir à cette bonne nouvelle.

La Toussaint - Pour rejoindre tous les saints, conservons intact notre "vêtement blanc" - 1er nov, 2020 - Ste. Suzanne

  Homélie sur MP3         Et sur PDF  

Bonjour, chers frères et sœurs! Heureuse Fête de la Toussaint… la Fête de Tous les Saints. Cette Fête existe depuis la fin des persécutions romaines. Au centre de Rome, le « Panthéon » est un temple en forme ronde avec un gros trou au centre du toit. Il fut dédié à tous les dieux romains. Pan - théon en grec veut dire « tous les dieux ». À la fin des persécutions, ce temple à tous les dieux fut dédié à Tous les Saints pour honorer Jésus, le Père, et l’Esprit Saint.

Même les païens romains savaient qu’il y a une très mince séparation entre nous sur Terre et tous ceux qui nous ont précédé et qui vivent maintenant dans l’au-delà. Dans leurs maisons les romains gardaient des statuettes représentant leurs ancêtres – les parents, grand parents, et arrière grand parents. Ils honoraient leurs ancêtres dans l’espoir, après leur mort, d’être bien accueilli par eux à la fin de leur vie sur Terre.

Dès qu’ils entendaient la bonne nouvelle de Jésus Christ, ces gens pouvaient croire en Jésus comme Fils de Dieu, et devinrent croyants malgré la vive persécution par les empereurs romains. Tous les premiers chrétiens comprenaient que Jésus leur offrait une vie nouvelle. Pour vivre cette vie nouvelle en Dieu il fallait renoncer à tout ce qui est mal, pour en être purifié dans le Sang du Christ et se tourner complètement vers Dieu et vers son prochain.

Un jour Jésus avertit la foule qui l’écoutait : « Tout ce qui est couvert d’un voile sera dévoilé, tout ce qui est caché sera connu. » (Luc 12 :2) Vous savez, au moment de notre mort, tout ce que nous sommes, la personne au-dedans de nous – notre âme – laisse tomber le corps et est immédiatement transportée en présence de Dieu. Dans nos occupations au jour le jour nous ne pensons pas souvent à cela, à la fin de notre vie. Notre Église nous rappelle chaque mois de novembre que nous connaîtrons la fin de notre vie sur Terre un jour. Ça vaut vraiment la peine d’y penser de temps en temps; afin de mieux nous y préparer.

Nous sommes tous un mystère à nous-mêmes. Il y a plein de profondeurs au-dedans de nous que nous ne connaissons même pas encore, mais notre  vie intérieure est le domaine de l’Esprit de Dieu qui nous éclaire et nous rappelle de tout ce que Jésus a dit et fait pour nous.

La bonne nouvelle est que par notre Baptême, si nous vivons comme des enfants de Dieu, notre âme n’est pas toute nue mais est vêtue du vêtement blanc pur et radieux de l’amour de Dieu. Dans les Évangiles et leurs lettres, les Apôtres nous encouragent à maintes reprises de faire attention de ne pas perdre notre vêtement blanc par crainte que notre âme se retrouve toute nue devant les anges et tous les saints. Notre corps est un cadeau de Dieu et agit comme un voile, un vêtement qui cache tout ce que nous portons en secret au-dedans de nous. Nous devons faire attention de ne pas accumuler en nous toutes les pollutions du mal et du péché.

Pour laisser tomber  notre vêtement de Baptême il suffit de garder des rancunes, de rester longtemps en colère, de devenir esclave de toutes sortes de convoitises et de passions égoïstes, de traiter les autres avec mépris, de ridiculiser ou abaisser les autres pour se sentir supérieur, de faire des châteaux de mensonges, et toutes sortes d’impuretés et de péchés imaginables. Ce sont autant de polluants au-dedans de nous, et je suis persuadé qu’aucune personne ne voudrait vraiment emporter toute cette pollution dans la vie éternelle et en présence de Dieu…. 

Jésus nous aime à la folie, comme son Père céleste d’ailleurs. Voilà pourquoi Jésus nous donne les conseils que nous avons entendus dans l’Évangile aujourd’hui. Tous ces états de bienheureux sont en réalité autant de situations où la vie nous fait souffrir certaines conditions difficiles. Quand nous nous trouvons en situation difficile et souffrante, Jésus nous conseille de ne pas perdre les pédales, mais au contraire, d’avancer sans crainte en Lui faisant confiance.

« Heureux les pauvres de cœur » - ce n’est pas facile de se sentir impuissant, au dépourvu, pauvre… mais c’est justement l’occasion de cesser de compter sur soi-même pour faire plutôt confiance en Dieu. La décision de mettre notre confiance dans l’amour de Dieu nous met en relation avec le Père par Jésus et c’est l’Esprit Saint qui nous fait gonfler le cœur de confiance.

Il en est ainsi pour les 7 autres déclarations de Jésus. Ne craignons pas les larmes; car elles purifient notre cœur et nous permet d’être consolés par Dieu Lui-même. Laissons-nous entrainer par Dieu à être « doux » comme Jésus; alors nous faisons beaucoup de place pour les autres et l’Esprit Saint nous met tous en communion dans la paix qui vient du Ciel.

« Ceux qui ont faim et soif de la justice… les miséricordieux… les cœurs purs… et les artisans de paix » permettent l’Esprit Saint de les rendre semblables à Jésus, et tous ces gens sont entourés d’une ambiance du Ciel qui répand l’amour, la paix, et la joie de Dieu à tous.

« Ceux qui sont persécutés pour la justice… ou à cause de Jésus » sont des âmes bénies qui ressemblent à Jésus dans sa passion et sa mort… ils deviennent des instruments dont Dieu peut se servir pour faire découvrir son amour aux gens qui ne connaissent pas le Bon Dieu.

C’est pour notre bonheur que le Bon Dieu nous appelle à vivre comme les enfants du Père; alors prions ensembles tous les jours; afin que nous puissions à tout moment difficile nous comporter avec amour même pour les ennemies comme Jésus a fait pour faire la volonté de son Père pour le salut et la vie du monde tant aimé par Dieu : le Père, + le Fils, et le Saint Esprit. Amen.

Prenons quelques instants pour réfléchir à cette bonne nouvelle.

Rappelons-nous nos expériences personnelles de Dieu - le 18 octobre, 2020 - Paroisse Sainte-Suzanne

Fichier MP3    Fichier PDF  

Bonjour, chers frères et sœurs! Que penseriez-vous si le Seigneur envoyait un prophète dire au Président américain M. Trump : « Écoutez-moi bien, voici la parole de Dieu le Créateur : c’est Dieu qui vous a choisi et vous a rendu puissant, parce qu’Il vous a appelé. » Pire encore, que feriez-vous si un matin le Bon Dieu vous disait : « Va maintenant, je t’envoie; va dire au Premier Ministre du Québec M. Legault : « Écoutez-moi bien, voici la parole de Dieu le Créateur : c’est Dieu qui vous a choisi et vous a rendu puissant, parce qu’Il vous a appelé. »


Voilà que le Bon Dieu a envoyé le prophète Isaïe dire cela à l’Empereur Cyrus le Perse. Son empire fut le plus grand de tous les temps, allant du sud de l’Europe jusqu’en Inde. Cyrus est celui qui libéra les Juifs de leur captivité. Cet épisode de l’histoire met à l’épreuve notre foi en Dieu. Face au monde actuel, croyons-nous vraiment que Dieu est le seul et unique Dieu et qu’Il est maître de toutes les nations? Beaucoup de gens de nos jours ne croient plus en Dieu à cause de tous les troubles dans le monde, parce qu’ils interprètent ces troubles comme autant de preuves que Dieu n’a plus de contrôle sur le monde ou encore que Dieu n’existe même pas.

Vous rappelez-vous qu’après son baptême par son cousin Jean le Baptiste Jésus est allé au désert où Il fut tenté par le démon? Dans la 3e tentation, le démon fit voir à Jésus les royaumes du monde et Lui dit : « Tout cela je te le donnerai, si tu te prosternes et m’adores. » Jésus n’a pas traité le démon de menteur parce qu’il prétend donner les royaumes du monde à qui il veut. Selon l’évangile de Jean Jésus appelle le démon  « le prince de ce monde » : « C’est maintenant le jugement de ce monde, maintenant le prince de ce monde va être jeté dehors. » (Jean 12 :31)

Donc il est clair que si le Bon Dieu est toujours souverain de sa Création et que notre monde est plein de troubles, c’est que le Bon Dieu nous laisse donner plein élan à notre liberté pour faire le mal comme pour faire le bien. C’est à la fin de notre vie que nous serons jugés. Toutefois, le Bon Dieu nous laisse souffrir maintenant les conséquences de nos choix, de nos paroles, de nos attitudes, de nos gestes, de nos actions, et de nos omissions.


Face à notre monde troublé et tourmenté, avons-nous toujours le goût de louer le Seigneur, de raconter ses merveilles, et de chanter sa gloire? Pour vouloir dire aux autres et même aux nations : « Le Seigneur est roi! Il gouverne les peuples avec droiture » nous avons besoin de connaître le Bon Dieu personnellement et sa puissance par notre propre expérience. Pouvez-vous vous rappeler avoir connu personnellement la puissance de Dieu?

Je me souviens d’un accident tragique dans ma famille le 20 juin 1982. Maman conduisait ma sœur Lyette et ses deux enfants de leur résidence à Montréal pour aller passer la semaine sur la ferme de nos parents à l’Épiphanie. Vers midi sous une pluie diluvienne un camion remorque frappa leur voiture par derrière détruisant la voiture. Le bébé en arrière avec ma sœur fut tué sur le coup. Lyette a eu sa colonne vertébrale presque coupé au cou. Maman a souffert un traumatisme crânien, et mon petit neveu de 3 ans n’a rien eu sauf un traumatisme.

J’étais au séminaire à Ottawa dans mon avant dernière année. Dès que Papa m’a donné la nouvelle au téléphone je fus plongé dans le choc émotif qui dura presqu’une semaine. Durant ce temps et ensuite après être sorti du choc, j’avais un profond sentiment que le Bon Dieu me soutenait. En plein milieu de cette tempête il y eut comme un grand calme au centre de mon esprit. Je savais que le Bon Dieu était avec moi et avec notre famille et qu’Il avait le petit Philippe dans ses bras. Ce fut une grande manifestation de la puissance et de l’amour de Dieu.

Quelles sont vos propres expériences de Dieu? Si nous ne nous rappelons pas les moments où le Bon Dieu nous a manifesté sa puissance, sa gloire, et sa seigneurie; alors comment Lui rendre la gloire et comment devenir ses témoins dans nos familles et dans notre monde?

Jésus est très sérieux lorsqu’Il dit aux pharisiens : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » Est-ce que c’est clair pour mon esprit ce qui dans ma vie appartient au monde et à l’état et ce qui appartient à Dieu? Suis-je entièrement honnête en remettant à l’état tout ce que je dois remettre à l’état? Que dois-je encore faire pour mieux comprendre ce qui appartient à Dieu et ce que je dois remettre à Dieu?

Dans la Bible la Parole de Dieu nous est adressée concernant le temps. Dieu nous donne 7 jours et nous pouvons travailler et nous occuper de nos affaires pendant 6 jours, mais le 7e jour appartient au Bon Dieu. Si nous voulons que les choses se passent bien pour nous, nous devons remettre au Bon Dieu chaque semaine ce 7e jour, le « Jour du Seigneur », en lui offrant le culte par la Sainte Messe en personne ou sinon au moins à la télé, priant sincèrement du début à la fin. En plus nous devons mettre entièrement de côté tous nos soucis, tout le travail, et toutes nos préoccupations du début jusqu’à la fin du Jour du Seigneur; afin d’aimer le Bon Dieu de tout notre cœur, de toute notre pensée, de toute notre âme, et de toute notre force.

Pour ce qui est de nos revenus et de nos biens matériels, la Parole de Dieu nous déclare que le dixième de tout ce que nous touchons appartient au Seigneur. Nous pouvons tous Lui remettre ce dixième par nos aumônes à son Église, aux pauvres, et aux gens dans le besoin que nous rencontrons, en commençant par les gens de notre propre famille et de notre parenté.

C’est pour notre propre bien que le Bon Dieu nous appelle à faire de nouveaux efforts pour nous conduire avec droiture devant Lui; alors continuons de prier les uns pour les autres, les unes pour les autres; afin que nous puissions à tout moment rendre grâce à Dieu le Père pour l’Esprit Saint et ouvrir large notre cœur, notre pensée, notre esprit et même notre corps à sa présence et à son amour, Lui qui est Dieu : le Père, + le Fils, et le Saint Esprit. Amen.

Prenons quelques instants pour réfléchir à cette bonne nouvelle.

Offrons au Bon Dieu notre faiblesse afin qu'Il puisse manifester sa puissance - 4 octobre, 2020 - Paroisse Ste-Suzanne

Fichier MP3     Fichier PDF   

Bonjour, chers frères et sœurs! Nous voici dans le Montréal métropolitain en zone d’alerte rouge par référence à la Pandémie Covid-19 au Québec. Néanmoins, nous sommes toujours en Présence du Seigneur. Ce matin la Parole de notre Dieu nous rappelle qu’il y a des situations beaucoup plus graves que cette Pandémie mondiale. Nous connaissons de grands changements de conditions de vie, c’est vrai, mais le Bon Dieu ne change jamais le déversement de sa vie, de sa paix, et de son amour en nous. Notre Dieu et Créateur nous donne le souffle de la vie à tout moment pour que nous puissions faire beaucoup plus que simplement survivre.

Notre Père céleste désire pour chaque personne humaine une vie pleine et abondante afin que nous puissions porter beaucoup de fruits de paix et de justice, d’amour et de pardon, de bonté et de miséricorde, de beauté et de créativité, de fraternité, de festivité et de joie. Cela ne dépend pas des conditions bienheureuses ou malheureuses de nos vies; puisque le pauvre comme le riche, le malade comme celui qui est en santé, celui qui est délaissé comme celui qui est aimé, tous demeurent toujours capables d’accueillir en eux la paix, de faire justice, d’aimer, de pardonner, de faire le bien, et de pratiquer la miséricorde. Mais, tragiquement, trop souvent ce n’est pas la vie que nous vivons. « Le Seigneur de l’univers… attendait (de nous) le droit, et voici le crime; il en attendait la justice, et voici les cris. »

Pour le mois d’octobre, le Pape François nous invite tous et toutes à prier ainsi : « Prions pour qu’en vertu du baptême, les fidèles laïcs, en particulier les femmes, participent plus aux instances de responsabilité de l’Église. » L’Église que nous formons tous ensemble c’est à partir d’elle que le Bon Dieu veut rendre le monde de l’humanité meilleur. Oui, ce sont des hommes qui deviennent diacres, prêtres, et évêques. Mais dans l’Église catholique du monde entier  pour chaque membre du clergé il y a 3,000 laïcs : hommes, femmes, enfants, et jeunes.

Le clergé est vu par un petit nombre de fidèles le dimanche et en diverses occasions, mais la grande majorité des catholiques sont enfouis dans le monde, dispersés parmi toute l’humanité. Quoique les membres du clergé sont des hommes, les laïcs – les femmes, les hommes, les jeunes – exercent une très grande influence sur eux directement dans leurs familles d’origine et par toutes sortes de liens de collaboration et de coresponsabilité dans les institutions de l’Église.

Nous tous qui ensemble formons l’Église, nous sommes tous et toutes issues de familles, et ce sont nos familles qui nous ont formés, ainsi que nos villages, nos voisinages, nos pays, et nos cultures. Le Bon Dieu sait très bien tout ça, et ce matin Dieu nous dit qu’Il est désolé quand Il entend crier parce qu’une personne est mal traitée à quelque part. Les époux sont appelés à un amour mutuel pour rendre visible dans le monde l’amour de Dieu pour nous, mais parfois il y a la violence dans le couple en raison des faiblesses humaines, des insécurités, des dépendances à la drogue, à l’alcool, à la pornographie, aux jeux de chance, et à quoi encore.  

Au lieu de nous réjouir quand quelqu’un réussit ou fait quelque chose de bien, ont peut se sentir jaloux et maltraiter cette personne, la persécutant. Au lieu de collaborer avec le Bon Dieu nous luttons contre Lui; au lieu de rendre le monde meilleur nous le rendons pire.

Dans l’Évangile nous avons entendu Jésus très sévèrement avertir les grand prêtres et les anciens du peuple que le royaume de Dieu allait leur être enlevé et confié à une autre « nation qui lui fera produire ses fruits. » Le royaume de Dieu c’est l’environnement d’amour divin, de paix et de providence divine, de miséricorde, de pardon, et d’espérance dans lequel le Bon Dieu nous immerge afin que nous puissions vivre, goûter de son abondance, et porter beaucoup de fruits. Mais si nous perdons notre temps à ne chercher que notre propre intérêt et nous ne nous occupons pas à servir le bien-être des autres, eh bien, tout cela nous sera enlevé.

Je vous admets volontiers que la vie n’est pas facile et que nous avons à relever beaucoup de très grands défis. Mais Jésus nous demande solennellement de cesser de nous préoccuper comme si Dieu n’existait pas ou encore comme si le Bon Dieu nous laissait pour compte et comme si tout dépendait de nous-mêmes tous seuls. Toutefois, le Bon Dieu n’est pas un génie magique qui nous accorde tous nos souhaits comme par enchantement. Dieu est notre Père et Il nous traite comme un bon Père. Il veut que nous cherchions à connaître et à faire sa volonté qui est supérieure à notre petite volonté, et qu’en faisant des efforts pour nous aimer les uns les autres, nous comptions sur Lui, sa force et sa lumière, et ne soyons plus anxieux des résultats.

Pour cela, pour vraiment Lui faire confiance, il faut nous résigner à accepter d’endurer tout ce qui nous advient, le mal comme le bien. Saint Paul nous enseigne comment prier : « Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, priez et suppliez, tout en rendant grâce, pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peu concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus. » Autrement dit, ne fixons plus nos yeux et nos cœurs seulement sur ce que nous voulons, mais fixons plutôt les yeux de notre cœur sur Jésus, sa parole, son exemple, sa paix, sa beauté, et son amour pour nous tous.

Oui, nous demeurons pauvres et faibles, mais en fixant notre regard sur Dieu, et en Lui offrant notre pauvreté et notre faiblesse – tout en marchant de l’avant pour aimer notre proche et pour pardonner ceux qui nous font du mal – le Bon Dieu peut alors manifester son pouvoir et accomplir de actes de salut et de rédemption autour de nous. Nous pouvons devenir dans les mains du Bon Dieu des instruments efficace de pardon, de miséricorde, de guérison, de paix, et nous verrons Dieu mettre la vie où il n’y avait que la mort. Ce sont les fruits que Dieu désire.

C’est ainsi que notre Père par la puissance du Saint Esprit veut faire de nous pour Jésus des disciples missionnaires qui reflètent dans le monde la lumière qui rayonne sur la face de Jésus. Laissons-Lui ouvert en prière notre pensée et notre cœur à la journée longue.

En vue de ce résultat bienheureux, continuons de prier les uns pour les autres, les unes pour les autres afin que nous puissions à tout moment rendre grâce à Dieu le Père pour l’Esprit Saint et ouvrir large notre cœur, notre pensée, notre esprit et même notre corps à sa présence et à son amour, Lui qui est Dieu : le Père, + le Fils, et le Saint Esprit. Amen.

Prenons quelques instants pour réfléchir à cette bonne nouvelle.

L'Esprit Saint veut nous aider à accepter les autres et à les servir par amour. 27 septembre, 2020

LE SAINT ESPRIT 
- Conseiller - Intercesseur - Réconforteur
- Avocat - Fortifiant 

Fichier MP3  

        Bonjour, chers frères et sœurs! O qu’il est bon de nous retrouver ici ensembles dans la foi et la joie en Présence du Seigneur. Quelle semaine difficile et déroutante que nous venons de vivre. Nos autorités de la santé publique sont très inquiètes – comme nous tous d’ailleurs – face à l’augmentation des cas d’infection de Covid-19 au Québec. Les mesures prises durant la nuit de dimanche à lundi dernier nous donnent plutôt l’impression d’un réflex de panique.

Comment comprendre des mesures si dures et soudaines, sans avertissement ni consultation exigeant les églises de réduire le nombre maximum de gens pour le culte de 250 à 25 personnes seulement dans la région en alerte orange à Montréal? Ça prend quelques semaines au moins pour communiquer effectivement avec tous nos membres. En plus, on peut bien se demander : « Les églises sont-elles vraiment des points chauds pour la propagation du virus? »

Les rapports indiquent que ce sont les bars et autres centres sociaux où les gens se mêlent librement que le virus se propage le plus rapidement. Les rassemblements planifiés et spontanés sans distanciation sociale sont aussi un grand risque de propager le virus qui cause l’infection Covid-19. Nos mesures sanitaires ici en église nous protègent de répandre le virus s’il y en a qui portent le virus ici sans le savoir. Si nous développons des symptômes nous savons que nous devons rester à la maison en isolement jusqu’à ce que l’infection soit entièrement passée.

Il y a d’autres causes qui nous donnent des troubles dans la vie aujourd’hui. Une raison est notre foi en Dieu. Notre Dieu Créateur de l’univers est infiniment attrayant et fascinant, et les gens sont soit attirés à Dieu ou se détournent de Dieu en colère ou haine ou tout simplement avec indifférence. Voilà ce qui est arrivé à Jésus. Dans l’Évangile d’aujourd’hui, c’est le moment où Jésus vient au Temple à Jérusalem et sera bientôt arrêté et mis à mort. Les grands prêtres et les anciens du peuple ont endurcis leurs cœurs contre Jésus et refusent d’être impressionnés ou même de considérer la vérité de ses paroles ou la merveille de ses miracles.

Ils sont plutôt obsédés de savoir quelle autorité Il prétend avoir ainsi que l’origine de son autorité. C’est parce qu’ils sont convaincus que Jésus parle avec autorité et qu’Il menace leur propre autorité sur le peuple. Ils ont raison. Ils refusent de considérer que c’est vraiment Dieu qui investit Jésus avec autorité et que Jésus est l’autorité même de Dieu en Personne. Ils refusent d’accepter que l’autorité exercée par Jésus est motivée par l’amour divin.

Pour ces raisons et bien d’autres plein de gens aiment Jésus et d’autres le haïssent. Par le prophète Ezekiel Dieu montra à son peuple que leurs pensées étaient injustes. Dieu déclare que si une bonne personne abandonne sa bonté pour se tourner vers le mal et fait le mal, et reste dans da malice; il mourra et sera perdu. Par contre, si un méchant change son cœur et se détourne de sa malice et se repent; alors il ne mourra pas mais vivra et ainsi gagnera sa vie et aussi pour l’éternité. Certains gens n’aiment pas le voies du Seigneur parce qu’ils sont attachés à leur chemins malicieux, ou ont des désirs mauvais cachés, et ne veulent pas changer.

La possibilité qu’une bonne personne puisse changer et faire le mal nous fait peur, mais ce n’est qu’un avertissement de veiller sur nos cœurs et demeurer vigilants auprès de nos paroles, attitudes, émotions, et comportements. Le Saint Esprit nous vient comme Dieu pour éclairer nos pensées, cœurs, et esprits et apaiser nos consciences et nos corps. En accueillant l’Esprit-Saint Il ouvre nos pensées, cœurs, et esprits à Jésus, et Jésus nous guide et nous montre le chemin à tout moment et en toute situation au jour le jour. Jésus nous comble de son amour et l’amour du Père et tous deux Ils nous montrent comment aimer les autres comme Eux nous aiment.

Saint Paul nous enseigne à faire des efforts de vivre comme Jésus : « ayez les mêmes dispositions, le même amour, les mêmes sentiments; recherchez l’unité. Ne soyez jamais intrigants ni vaniteux, mais ayez assez d’humilité pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes. Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de ses propres intérêts; pensez aussi à ceux des autres. Ayez en vous les dispositions qui sont dans le Christ Jésus. »

Le Saint Esprit peut nous montrer comment devenir comme Jésus si nous voulons porter attention aux conseils que l’Esprit-Saint nous donne à l’intérieur de notre pensée et notre cœur. Voici un exemple. Depuis mon enfance j’ai appris à reconnaître comment les autres étaient pour moi bons et gentils, ou par contraste, méchants ou grossiers ou déplaisants ou toutes les manières que les gens peuvent nous causer de la souffrance.

Au bon milieu de ma vie j’ai perdu deux jeunes prêtres quand ils m’ont quitté pour aller entreprendre d’autres fonctions. Ensuite c’était le temps de quitter une paroisse où nous nous aimions les uns les autres. Peu de temps après j’ai souffert de vivre avec un certain prêtre et ma mère mourut; puis un an et demi plus tard mon père mourut aussi. Je me suis trouvé en pleine dépression clinique. En recevant des traitements, j’ai commencé à comprendre qu’il pourrait être difficile pour les autres de vivre avec moi. Je n’avais jamais considérée cette possibilité. J’avais vécu toute ma vie sans penser comment c’était pour les autres de vivre avec moi.

Ce fut un grand tournant dans ma vie. La lumière de l’Esprit Saint et l’aide des médecins et autres professionnels de la santé, des prêtres et femmes conseillères ont ouvert un nouveau chapitre dans ma vie. Désormais je pouvais me détendre et ne plus me préoccuper d’aimer ou non les autres ou leur comportement. Enfin je pouvais les accepter tels qu’ils sont comme Dieu nous accepte tous comme nous sommes. Néanmoins, Dieu nous offre quand même la grâce divine pour quitter le mal et faire le bien, vouloir être de meilleures personnes, devenir plus accueillants de l’amour, et plus motivés d’aimer les autres comme ils ont besoin d’être aimés.

Alors continuons de prier les uns pour les autres, les unes pour les autres afin que nous puissions accepter la grâce et l’encouragement de l’Esprit Saint pour ouvrir large notre cœur, notre pensée, et notre esprit et même notre corps à la présence et à l’amour de Dieu : le Père, + le Fils, et le Saint Esprit. Amen.

Prenons quelques instants pour réfléchir à cette bonne nouvelle.

Bonheur ou misère? Le choix est le nôtre - le Seigneur fait de nous ses disciples missionnaires! 20 septembre, 2020

fichier MP3 - texte PDF 


Bonjour, frères et sœurs! J’ose espérer que vous et votre famille, vous êtes bien ce matin. Sinon, ou si vous connaissez quelqu’un qui ne va pas bien ou qui est mal en point, eh bien, alors recommandons-les aux bons soins du Seigneur. Encore une fois, ce matin, Dieu nous adresse une parole qui provoque en nous la réflexion, ou même un questionnement, mais en douceur.

Qu’en est-il de notre bonheur ou de notre misère? Il y a plus de 4,000 ans le Bon Dieu a fait d’Abraham le père de son peuple choisi, et pendant tout ce temps, le Bon Dieu a appelé tout son peuple à rejeter la misère afin de pouvoir choisir le bonheur. Il s’agit d’une bonne nouvelle que Dieu a voulue répandue par son peuple auprès de toute l’humanité. Malheureusement, trop de gens parmi son peuple se sont préoccupés de leur propre bien sans se préoccuper du voisin.

Pour Dieu, être heureux ou être misérable est un choix et que ce choix est le nôtre. Ce choix que nous soyons heureux ou misérable dépend de nous et non de Dieu. Dieu ne parle pas de la richesse matérielle, ni de la santé de la chair, ni de la prospérité aux yeux du monde. Tout cela est passager. Toute condition mortelle est passagère et ne dure qu’un moment; tandis que notre réalité intérieure et notre condition spirituelle promettent de se prolonger dans toute l’éternité.

Dès les premiers mots que nous avons entendus du prophète Isaïe, nous avons compris que le Bon Dieu fait une distinction entre ceux qui cherchent le Seigneur et le méchant ou l’homme perfide. Le méchant tient à ses propres pensées et rejette celles du Seigneur; tandis que pour sa part l’homme perfide préfère ses propres chemins et rejette les chemins du Seigneur. Ce n’est pas le cas de l’homme, de la femme juste, qui cherche le Seigneur, ses pensées, et ses chemins.

Les gens qui se laissent emporter par la convoitise ou la jalousie ou la colère – comme les premiers ouvriers de la parabole de Jésus dans l’évangile – sombrent dans la misère à cause justement de leur convoitise et jalousie et colère. Ils ne peuvent pas endurer de recevoir le même salaire ou bienfait que les autres; ils auraient voulu se distinguer et gagner davantage.

Par contraste, la personne qui cherche le Seigneur réalise que le Seigneur est bon, doux, généreux, et miséricordieux envers tous. La personne qui connait Dieu et ses voies peut donc lui faire confiance, sachant qu’à la fin de la journée le Seigneur lui accordera le bienfait tant désiré. Cette personne peut donc se réjouir à la bonne fortune d’un autre et partager sa joie. Le bonheur d’esprit ne coûte pas cher parce qu’il est gratuit et disponible à toute personne de bonne volonté. Heureuse est la personne qui sait partager la malheur des autres en se désolant avec eux mais qui sait aussi se réjouir avec les autres en partageant leur bonheur.

Nous pouvons constater cette grandeur de cœur chez Saint Paul, lui qui n’est pas seulement un bon disciple de Jésus, mais qui est aussi un apôtre missionnaire. Il sait distinguer entre son propre bonheur – qui serait d’habiter avec le Christ Jésus dans l’éternité – d’une part, et d’autre part le bien-être des Philippiens, qui comme nous ont toujours besoin de lui. Par amour pour le Christ et pour les Philippiens, Saint Paul accepte d’endurer encore plus longtemps les épreuves de ce monde mortel ainsi que les troubles et les persécutions qu’il avait à endurer.

La bonne nouvelle est que nous tous, baptisés et confirmés dans le Seigneur Jésus sommes appelés à chercher à connaître Dieu et ses pensées et ses chemins comme tous ses disciples qui nous ont précédés. Comme eux, nous sommes appelés à devenir des disciples missionnaires.

C’est tellement merveilleux de connaître le Bon Dieu personnellement que l’amour de Dieu devient en nous une chaleur, un feu qui ne peut faire autrement que se propager vers les autres. Goûter l’amour du Père du ciel pour nous personnellement en la Personne de Jésus est une joie que nul trouble de ce monde ne peut nous ravir. Jésus lui-même a déclaré concernant Lui-même et son Père au ciel : « Or la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. » Notre bonheur est de connaître et d’aimer Dieu.

Dieu qui est la Trinité Sainte – le Père, Jésus son Fils éternel, et le Saint Esprit – ce Dieu communauté éternelle veut partager avec nous la vie éternelle qui les unit dans l’amour sans fin et qui est un feu bienveillant qui donne la vie, qui réconforte toute blessure et maladie, et qui répare toute brisure et défaillance, et dont la guérison parfaite et finale nous touchera un jour dans la résurrection de la chair après notre pèlerinage sur cette Terre des hommes.

C’est une erreur et un désastre que de chercher à se donner la mort prématurément comme certaines personnes désirent et cherchent à faire face à la souffrance. Ce chemin est un chemin mortel; ce n’est pas le chemin de Dieu. Le Bon Dieu connait notre condition de chaque jour et Il nous offre sa grâce et sa force pour nous encourager à endurer toute épreuve et toute souffrance dans la consolation de son amour en sachant que notre persévérance augmente en nous la capacité d’accueillir le bonheur sans fin que Dieu partagera avec nous en son éternité.

Le Bon Dieu nous invite donc à la patience, et la patience c’est la liberté de choisir d’accepter d’endurer le mal temporaire en vue du bienfait durable qui nous attend à tout moment. En attendant la fin bienheureuse de notre pèlerinage de la foi comme disciples de Jésus, nous pouvons à tout moment déjà goûter un avant-goût du bonheur éternel en nous préoccupant de notre voisin avec un amour fraternel. La pratique de l’amour fraternel vient atténuer l’intensité de nos souffrances passagères de notre vie mortelle.

Alors continuons de prier les uns pour les autres, les unes pour les autres afin que nous puissions accepter la grâce et l’encouragement de l’Esprit Saint d’ouvrir large notre cœur, notre pensée, et notre esprit et même notre corps à la présence et à l’amour de Dieu : le Père, + le Fils, et le Saint Esprit. Amen.

Prenons quelques instants pour réfléchir à cette bonne nouvelle.

Du fond de mon coeur - je pardonne pour être aussi pardonné dans la paix de Dieu. 13 sept, 2020

fichier MP3 - texte PDF 


Encore une fois, frères et sœurs, bonjour! Avant de vous demander comment vous allez, je dois vous avouer que très souvent quand des gens me rencontrent et me disent « Comment ça va? » je ne réponds pas. Vous pourriez penser « Bien voyons, c’est bien bête ça! » et puis vous demander peut-être pourquoi ne pas répondre? Eh bien, voilà que je leur réponds mais pas à leur question. Je dis « Et vous? » Et presque toujours ils répondent « Ça va ou ça va bien ou ça va bien, merci. » Ils ne s’aperçoivent pas que je n’ai rien dit concernant mon état aujourd’hui. Autrement dit, ils ne veulent pas vraiment savoir si je vais bien ou non. En disant simplement « Salut!» cela serait un reflet plus exact de leur intention de me saluer tout court.

Si je vous pose la question, c’est parce que je m’intéresse vraiment à vous et votre famille, et aux circonstances de votre existence depuis la dernière fois que nous nous sommes vus. Alors. Comment ça va? Et votre famille? Parfois la vie est dure. Vous savez, le Bon Dieu s’intéresse encore plus à nous et à nos proches, ainsi qu’à nos vies, et le jour, et la nuit.

La preuve, c’est que ce matin le Seigneur nous adresse une parole assez unique et rares sont les personnes qui nous adressent ainsi. Jésus, son Père et l’Esprit Saint s’intéressent au fond de notre cœur à chacun et à chacune. Imaginez… le fond de notre cœur. J’ose penser que nous n’avons probablement pas souvent à l’esprit l’état du fond de notre cœur. Voilà pourquoi le Seigneur nous donne ce matin quelques indices pour nous aider à y parvenir.

Le Bon Dieu inspire ce grand père Ben Sira le Sage à faire cette déclaration directe et audacieuse : « Rancune et colère, voilà des choses abominables où le pécheur est passé maître. Celui qui se venge éprouvera la vengeance du Seigneur; celui-ci tiendra un compte rigoureux de ses péchés. Pardonne à ton prochain le tort qu’il t’a fait; alors, à ta prière, tes péchés seront remis. » Le Seigneur ne passe pas par trois chemins… et vlan! Qu’on aime ou qu’on n’aime pas ça, le pardon est une obligation, une responsabilité incontournable pour les enfants de Dieu.

 Il nous est possible de pardonner ceux qui nous font des torts, mais en même temps, au fond de notre cœur, de garder un bilan des torts que ces gens nous ont faits. Au fond de notre cœur il pourrait mijoter l’idée de la vengeance, de punir un jour cette personne pour ces torts.

St. Paul plaide auprès des croyants et des disciples de Jésus habitant à Rome de ne pas juger leurs frères et sœurs. Quand nous vivons pour nous-mêmes, quand notre propre bien-être est suprême dans notre vie, le danger nous guète constamment de nous élever au-dessus des autres et de les juger. Si nous prenons la place de Dieu en tant que juge de nos prochains, voilà déjà l’impulsion de vouloir condamner et punir les autres pour leurs torts contre nous et aussi nos proches. St. Paul plaide avec les croyants et disciples de Jésus de ne plus vivre pour soi, mais de choisir délibérément de vivre pour le Seigneur.

Si nous pouvons faire confiance au Seigneur qu’Il nous aime vraiment, qu’Il nous aime plus et nous aime mieux que nous pouvons nous aimer nous-mêmes; alors nous pouvons dormir tranquille sachant qu’Il s’occupe parfaitement de nous. Oui, Dieu nous laisse faire tout ce qui relève de notre propre responsabilité, mais pour tout ce qui est hors de notre contrôle, nous pouvons Lui faire confiance que tout ce qui nous arrive – bien ou mal – le Bon Dieu verra à ce que tout servent notre bien maintenant, mais encore plus important, notre bien éternel.

Ensuite Jésus nous raconte une histoire à boire debout, une histoire impossible, et donc Il exagère pour nous faire mieux comprendre. Le serviteur avec la dette énorme… c’était une dette impossible, et les gens qui écoutaient Jésus savaient que c’était une dette impossible. Une pièce d’argent représentait, pour les gens ordinaires, le salaire d’environ un mois. Donc, pour rembourser dix mille talents ou soixante millions de pièces d’argent il faudrait au travailleur 5 millions d’années de travail et de salaire. La seule autre façon d’essayer de rembourser serait d’aller au casino en espérant être très très très chanceux pendant des années. Impossible.

Quelle est la leçon que Jésus veut nous faire ce matin? C’est que lorsque nous vivons seulement pour nous-mêmes, les autres n’ont plus aucune valeur en tant que personnes réelles. Si je ne vis que pour moi, alors je ne peux pas m’empêcher d’utiliser les autres, de les exploiter pour en tirer quelque profit pour moi seul. La personne emprisonnée dans cette prison de la cupidité, de l’insécurité, et de l’égoïsme devient implacable envers les autres, juge et condamne les autres, et devient absolument isolée et misérable. Voilà une des multiples façons de vivre dès maintenant en enfer.  « Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il eût remboursé tout ce qu’il devait. C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur. »

Frères et sœurs, ne soyez pas effrayés. Le fond de notre cœur peut tout aussi facilement devenir un ciel, le ciel sur la terre. Êtes-vous étonnés? Ne soyez pas surpris; car le fond de notre cœur est précisément le même endroit où Dieu le Père et Jésus viennent demeurer en nous avec l’Esprit Saint dès que nous reconnaissons Jésus comme notre Seigneur et notre Sauveur, notre Maitre, et que nous obéissons à son commandement de nous aimer les uns les autres comme Lui nous a aimés et que nous prenons à cœur sa Parole que l’Esprit Saint nous rappelle.

D’une part, il est humainement impossible de pardonner aux autres du fond de notre cœur, mais justement, c’est une preuve irréfutable que Dieu est réel et qu’Il nous remplie de son Esprit Saint quand nous l’obéissons; lorsque, avec sa grâce, nous réussissons à pardonner du fond de notre cœur. C’est possible seulement avec l’aide et l’amour de Dieu. Voilà pourquoi c’est très utile, et même nécessaire pour nous tous et toutes de rencontrer Jésus personnel-lement devant le prêtre dans le sacrement du Pardon et de la Réconciliation en faisant là une bonne Confession de nos péchés. Peut-être il y a très longtemps que vous vous êtes confessé.

Pour que Dieu nous pardonne effectivement nous devons (1) avouer nos fautes; (2) les confesser; (3) les regretter sincèrement; (4) avoir la ferme intention de ne plus ainsi offenser le Bon Dieu qui nous aime et d’éviter les occasions qui pourraient nous entrainer à pécher de nouveau; (5) pour avancer dans la vie nouvelle, accomplir la pénitence que le prêtre nous donne; et (6) nous réjouir de la miséricorde de Dieu et Lui rendre gloire devant les autres.

Alors continuons de prier les uns pour les autres, les unes pour les autres afin que nous puissions accepter la grâce et l’encouragement de l’Esprit Saint d’ouvrir large notre cœur, notre pensée, et notre esprit et même notre corps à la présence et à l’amour de Dieu : le Père, + le Fils, et le Saint Esprit. Amen.

Prenons quelques instants pour réfléchir à cette bonne nouvelle.

Ma croix c'est moi-même et mes réactions aux autres - l'amour est un avant-goût du ciel. 30 août, 2020

fichier MP3 - texte PDF 


Alors, frères et sœurs, bonjour. Peut-être que vous serez tannés que je vous pose cette question mais je vais vous la poser quand-même. Comment ça va? Et votre famille? Vous savez, ce n’est pas une question inutile ou banale. Vous avez remarqué que le Pape François, souvent lorsqu’il s’adresse aux gens, aux assemblées, aux foules il commence toujours comme ça. Bonjour. Comment ça va? Vous savez, c’est important que nous prenions conscience en nous-mêmes de ce qu’il se passe en nous parce que – qu’on aime ça ou qu’on n’aime pas ça – nous ne sommes pas des anges. Il est vrai que nous avons un esprit en nous qui est immortel. Un jour nous allons tous mourir – peut-être aujourd’hui, peut-être dans 50 ans – et au moment de la mort tout ce que nous sommes au-dedans de nous, nos pensées, nos sentiments, nos émotions, nos intentions, nos efforts, nos aspirations, nos désirs – tout cela continue. Nous appelons ça l’esprit, ou l’âme, qui est un peu comme un ange, qui est immortel et qui ne peut jamais mourir, mais qui pour le moment sur cette terre est uni à notre corps.

St. Paul, s’adressant aux Romains, leur dit : « Je vous exhorte, frères, (et sœurs), par la tendresse de Dieu, à lui présenter votre corps – votre personne tout entière – en sacrifice vivant, saint, capable de plaire à Dieu : c’est là, pour vous, la juste manière de lui rendre un culte. » Vous savez que le Seigneur nous a donné un clergé : des évêques – en premier les apôtres – et ensuite des prêtres et aussi des diacres; c’est pour rendre visible ce que nous sommes tous dans l’intention de Dieu nous sommes tous, hommes, femmes, jeunes, vieux, enfants, nous sommes tous sacerdotales, nous sommes tous prêtres. C’est-à-dire, un prêtre c’est quelqu’un qui offre un culte à Dieu, et St. Paul nous dit clairement : le culte que Dieu désire que nous lui offrions, c’est nous-mêmes.

Pourquoi nous faisons des offrandes d’argent? Dans certains pays on fait des offrandes matérielles : on apporte des poules, on apporte des œufs, on apporte des fruits du jardin; on apporte ce qu’on a à donner. Mais ces offrandes tangibles représentent l’offrande de nous-mêmes. En parlant de cette offrande de nous-mêmes, de notre vie, de notre corps, Jésus utilise l’image de la croix parce que Jésus savait déjà ce qui allait lui arriver : Il allait être exécuté, et dans son monde à lui la façon d’être exécuté c’était aux mains des romains, parce que les juifs n’avaient pas le droit d’exécuter personne, et ça c’était selon la loi des romains, et donc les romains, eux, leur façon préférée c’était la croix. Alors Jésus savait, ayant vu maintes fois dans sa vie des gens se faire crucifier; il savait qu’il fallait d’abord porter la croix jusqu’au lieu de l’exécution. Alors, c’est quoi cette croix que Jésus nous convie à porter?

(taper le dessus de l’autre main plusieurs fois) La croix c’est notre vie physique et mortelle, notre corps. Pourquoi? Pourquoi offrir notre corps? Parce que c’est dans le corps que nous vivons tout ce que nous vivons. Les émotions que nous vivons, nous les ressentons dans notre corps; que ces soit des émotions joyeuses ou pénibles, et quand on ne fait pas d’exercice, éventuellement les émotions nous compriment et puis on se sent, on se sent mal et ça peut aller jusqu’à la maladie éventuellement si on ne libère pas ces émotions-là. Et on les libère en faisant de l’exercice, en bougeant, et puis les émotions s’évanouissent, et puis on se sent mieux. La vie parfois est difficile. On a l’impression que notre enfer c’est les autres, les autres qu’on a à endurer. Non, le problème n’est pas avec les autres. Le problème est en moi.

C’est pas ma sœur qui est un problème; c’est la façon que moi je réagis à ma sœur; c’est ce que moi je ressens face à ma sœur… tout ce passe au-dedans de moi. On a l’impression que c’est l’autre qui est mon problème; non! L’autre est ce qu’il est. L’autre est ce qu’elle est. J’ai à l’accepter comme Dieu m’accepte, moi. Le problème, c’est en moi, c’est comment je vis chacune de mes relations. Je peux les vivre paisiblement ou je peux les vivre en misère et en maudit. C’est mon choix. Mais vous allez me dire « On a pas le choix; on endure, on souffre. » Oui, mais dès qu’on s’aperçoit qu’on vit quelque chose, qu’on a des émotions; dès qu’on devient conscient, c’est à partir de ce moment-là de conscience qu’on a des choix.

Je peux choisir d’accepter de t’endurer, et si j’accepte de te souffrir, si j’accepte de t’endurer, c’est un choix et c’est un acte d’amour, et voilà mon offrande que j’apporte au Bon Dieu. Toutes mes décisions, tous mes choix d’accepter d’endurer quelqu’un durant la semaine, de souffrir quelque chose durant la semaine; toutes ces décisions accumulées de porter ma croix – voilà mon offrande que j’apporte au Seigneur. Inévitablement je prends conscience aussi des moments où j’ai refusé de souffrir quelqu’un… Non! Arrêtes-moi ça! Enlèves-toi de devant ma face! Quand je refuse d’accepter de souffrir, c’est un rejet de quelqu’un, ou d’une situation, ou de Dieu. À ce moment-là je n’ai plus rien à offrir au Bon Dieu, mais je peux me repentir et dire : « Seigneur je prends conscience que j’ai refusé de souffrir cette semaine quelqu’un, une situation, et même Toi, Seigneur, je m’en excuse. Pardonnes-moi, Seigneur, je suis pécheur. » Alors voilà mon offrande : j’offre au Seigneur mon repentir, mon regret, mon désir de faire mieux.

Alors la première vérité que le Seigneur nous dit ce matin, c’est que notre croix c’est nous-mêmes que nous avons à endurer, que nous avons à porter, à accepter d’endurer et de souffrir. Le deuxième point est que le problème c’est pas les autres, mais c’est ce que je vis au-dedans de moi face aux autres, face à la vie, face à Dieu; et j’ai beaucoup de liberté au-dedans de moi pour mon attitude – quel attitude je vais adopter face à tout ce que j’ai à vivre à tout moment. Le troisième point c’est que nous avons un choix d’être en enfers ou d’être au ciel. Au moment de notre mort notre choix deviendra définitif. Mais aujourd’hui j’ai souvent des opportunités de choisir d’être en enfers ou d’être au ciel.

Comment choisir d’être au ciel? Pensez-y. Comment pouvons-nous choisir d’être au ciel? Et bien tous les saints et les saintes nous donnent des indices. Ce matin nous avons Jérémie, le prophète Jérémie; nous avons aussi St. Paul. Jérémie, il avait une vocation : « Bien vas-donc parler aux gens-là et puis voici ce que tu vas leur dire. » Mais pour Jérémie c’était souvent des mauvaises nouvelles que le Bon Dieu avait à donner parce que les gens s’étaient tournés contre Dieu et donc le Bon Dieu voulait les secouer un peu. Il envoyait Jérémie; alors vous pouvez comprendre que les gens n’étaient pas contents de recevoir ces paroles-là, et donc ils on réagit contre Jérémie, ils l’ont refusé, ils l’ont persécuté, et puis à un moment donné nous avons entendu ce matin que Jérémie il en avait jusque là; il était tanné de ce que le Bon Dieu l’envoyait faire. C’est correct. C’est parfois bien correct d’être tanné de même dire au Bon Dieu qu’on est tanné; parce que si je dis au Bon Dieu que je suis tanné, c’est déjà une prière. C’est mieux me plaindre au Bon Dieu que d’ignorer le Bon Dieu. Si j’ignore le Bon Dieu je coupe toute possibilité de relation, mais au moins se je me plains au Bon Dieu bien c’est déjà quelque chose. Au moins j’admets que le Bon Dieu est réel, je reconnais que le Seigneur est quelqu’un. C’est déjà une relation.

Et, mes frères et sœurs, à tout moment que nous choisissons d’être en relation avec Dieu, et bien, nous avons déjà un pied au ciel, parce que le ciel d’éternité sera une relation intime avec le Père, avec Jésus, et avec l’Esprit-Saint. Alors en résumé, premièrement, nous avons à vivre ce que nous avons à vivre en nous-mêmes, dans notre corps. Deuxièmement, nous avons l’opportunité de choisir d’accepter de souffrir tout cela, et c’est cela porter notre croix. En acceptant d’endurer les autres, je porte ma croix et je pose un acte d’amour, et c’est mon offrande que j’apporte au Seigneur. Troisièmement, j’ai le choix de vivre en enfers ou au ciel. Je préfère le ciel, et vous? Alors continuons de prier les uns pour les autres, les unes pour les autres afin que nous puissions accepter la grâce et l’encouragement de l’Esprit Saint d’ouvrir large notre cœur, notre pensée, et notre esprit et même notre corps à la présence et à l’amour de Dieu : le Père, le Fils, et le Saint Esprit. Amen.

Prenons quelques instants pour réfléchir à cette bonne nouvelle.

Faisons de la place dans notre coeur même pour l'étranger comme Jésus fait pour nous. 16 août, 2020

 fichier MP3 - texte PDF 


Bonjour Frères et Sœurs! Comment allez-vous? et votre famille? J’espère que vous êtes tous bien, dans le Seigneur. Qu’en est-il de la taille de notre cœur? Y a-t-il assez de place dans notre cœur pour la vie? Assez de place pour l’espérance? Et assez de place pour l’amour?

Tous les jours nous pouvons apprendre quelque chose de neuf en observant les autres. Nous venons d’entendre Saint Paul se désoler du fait que ses propres compatriotes juifs ne croyaient pas la bonne nouvelle de Jésus. Même quand les étrangers ont accepté de croire en Jésus, la plupart des juifs refusaient de croire en Lui. Il y en avait parmi les juifs qui voulaient que le salut leur soit réservé parce qu’ils étaient le « Peuple Choisi » et béni de Dieu. Leurs cœurs étaient devenus trop étroits… il n’y avait certainement pas de place dans leurs cœurs pour les étrangers, et donc, il n’y avait plus de place même pour le Bon Dieu. C’est parce que le Bon Dieu accommode toute l’humanité dans son cœur aux dimensions infinies.

Si nous ne faisons pas attention, nous pouvons souffrir de la même maladie. Il nous est possible de vouloir que le salut du Bon Dieu nous soit réservé, et alors, si nous entendons dire que le Bon Dieu aime même les étrangers : les musulmans, les hindous, les bouddhistes, les communistes, les athées, les gens d’une autre couleur, d’une autre race… eh bien, il nous est possible d’être en maudit, d’être en colère, et de nous sentir misérable. Pourquoi souffrir d’une telle misère? C’est parce que vouloir exclure les étrangers, c’est vouloir être les privilégiés, c’est vouloir être les seuls à être choisis de Dieu; c’est déjà l’attitude des démons dans l’enfer!

Ceux qui n’ont que très peu de place dans leurs cœurs, qui n’ont pas de place pour les autres dans leurs cœurs, eh bien, ils ne peuvent pas endurer le Bon Dieu; parce que Lui, Il aime tout le monde, même les méchants. Les parents qui ont un enfant méchant ne cessent jamais d’aimer leur enfant malgré sa méchanceté; parce qu’il est leur enfant. Il en est de même pour le Bon Dieu qui est le Père éternel de toute l’humanité. Si jamais nous voyons que nous souffrons de cette maladie du cœur, de cette mauvaise infection d’esprit, tout n’est pas perdu. Non, voilà que Saint Paul n’a pas abandonné espoir du salut pour ses compatriotes. Le Bon Dieu offre son salut à toute personne humaine qui s’approche de Lui avec respect, louange, et adoration.

Même si nous n’aimons pas l’étranger, ou si nous n’aimons pas quelqu’un pour quelque raison que ce soit, ne perdons pas espérance; parce que justement, cette personne nous donne l’occasion de pratiquer l’ouverture de notre cœur trop étroit en pratiquant la miséricorde. La miséricorde veut dire, littéralement, « un cœur misérable ». Si nous acceptons de faire de la place dans notre cœur pour la personne que nous n’aimons pas ou la personne qui nous fait peur; alors notre cœur se sent misérable, mais c’est bon, parce que c’est la miséricorde que nous offrons. La miséricorde, finalement, c’est donner notre amour à celui qui ne le mérite pas. C’est ce que le Bon Dieu fait pour nous tous. Nous ne méritons pas son amour, mais Il nous aime quand même. Le Bon Dieu voit notre misère, et Il partage notre misère en nous aimant.

C’est comme l’enfant qui rentre en pleurant après avoir joué dans la boue et, tout sale, il vient à sa maman et elle le prend quand même, sachant que la boue sur son enfant salira ses vêtements; mais elle ne peut pas retenir son amour dans son désir de consoler son enfant. Eh bien, le Bon Dieu aime tous ses enfants encore plus qu’une bonne Maman, qu’un bon Papa.

Qu’en est-il de la taille de notre cœur? Y a-t-il assez de place dans notre cœur pour l’étranger? Assez de place pour les malfaiteurs? Et assez de place pour le Bon Dieu? Le Bon Dieu est exigeant à notre égard. Il nous appelle à aimer comme Lui nous aime, comme Jésus nous a aimés alors qu’Il était sur la Terre. Jésus nous a aimé jusqu’au bout, jusqu’à la mort.

Quand nous respectons le Bon Dieu, cela nous met dans une situation de vérité, parce que le Bon Dieu mérite notre respect; car Il est notre créateur.

Quand nous louons le Bon Dieu, cela nous met dans une situation juste, parce que le Bon Dieu mérite notre louange; car Il est notre Père éternel qui nous aime et désire notre bonheur.

Quand nous adorons le Bon Dieu, cela nous met en toute liberté, parce que le Bon Dieu mérite notre adoration; car Il est notre salut, notre héritage éternel, notre trésor.

Mais vous allez peut-être me demander : « Comment se fait-Il que Jésus a refusé de recevoir l’étrangère, la Cananéenne? Ma réponse : Non, Jésus ne l’a pas refusée. Au contraire, ce sont les compatriotes juifs de Jésus qui traitaient les étrangers de « chiens », croyant que les étrangers étaient exclus du salut offert par Dieu. Eh bien, même les gens bien éduqués étaient ignorants de leur propre tradition religieuse. Nous avons entendu cette parole de Dieu donnée par le prophète Isaïe : « ma maison s’appellera ‘Maison de prière pour tous les peuples’. »

Jésus n’a pas refusé la femme, mais Il l’a taquinée en utilisant les mots racistes utilisés par ses compatriotes. L’évangéliste Matthieu ne nous décrit pas les yeux accueillants ni le ton de voix ricaneur que Jésus a sans doute utilisées avec elle. Il l’a encouragée par son attitude et elle a compris. En Jésus nous voyons que le Bon Dieu veut toujours que tous les peuples entrent dans sa maison et connaissent son salut, acceptent son amour. Encore faut-il que l’invitation leur soit faite. Les gens qui ne connaissent pas le Bon Dieu ne savent pas qu’Il leur offre une vie nouvelle en tant qu’enfants de Dieu par Jésus son Fils bien-aimé. Le Père éternel a besoin de messagers de sa bonne nouvelle. Les messagers dont Il a besoin, eh bien, ce sont nous tous.

Avec quel étranger cette semaine allons-nous partager cette bonne nouvelle d’une vie nouvelle offerte par le Bon Dieu en Jésus son Fils? À qui oserons-nous annoncer cette bonne nouvelle? Ce ne sera pas possible à moins d’être remplis nous-mêmes de l’amour de Dieu, par son Esprit-Saint, tout comme Jésus l’était Lui-même, et comme Il l’est toujours maintenant.

Prions. Esprit-Saint, don du Père et Esprit de Jésus, viens nous remplir à nouveau de ton feu d’amour divin. Fais que nos cœurs brûlent ardemment d’un désir que toute personne puisse goûter la saveur de l’amour du Père et de l’amitié de Jésus notre Seigneur et notre Sauveur. En Marie, notre Mère, ouvres notre cœur à Jésus notre Pain de Vie, et fais de nous ses messagers.

Jésus, Christ Roi de l'Univers, nous appelle à Le suivre en ce monde - 22 novembre, 2020 - MRP - Paroisse JLM

  Homélie sur fichier MP3           Et sur fichier PDF      Solennité – Jésus, le Christ, Roi de l’Univers https://homeliesabbegilles.blog...